Signature d’une convention entre l’OFII et l’OTE

Réussir son retour en Tunisie, avec l’OFII et l’OTE : l’Office de l’immigration et de l’intégration et l’Office des Tunisiens à l’étranger ont signé une convention de coopération autour du dispositif d’aide à la réinsertion des Tunisiens revenant de France.

JPEG

Une aide pour rentrer en Tunisie dans de bonnes conditions

L’Office français de l’immigration et de l’intégration et l’Office des Tunisiens à l’étranger ont signé le 18 décembre 2017, à l’ambassade de Tunisie à Paris, une convention de coopération portant sur le dispositif français d’aide à la réinsertion des migrants tunisiens qui font le choix de rentrer au pays. Ce dispositif comporte une subvention du projet de réinsertion dans le tissu économique, qui peut prendre la forme du salariat ou de la création d’entreprise, ainsi qu’un accompagnement pendant un an par un opérateur de proximité qui sera là pour l’aider à surmonter les difficultés. Une aide sociale peut être attribuée de surcroît, en cas de nécessité.

Ce dispositif s’adresse aux personnes en situation administrative irrégulière, qu’elles aient ou non reçu une notification d’obligation de quitter le territoire français, mais pas seulement. Il convient de faire savoir aux étudiants en fin de titre de séjour et qui voient leur avenir en Tunisie qu’ils peuvent bénéficier de cette aide à l’emploi ou à la création d’entreprise. Les volontaires tunisiens qui ont fait leur service civique en France aussi. De même pour les titulaires d’un contrat jeune professionnel.

Comme son nom l’indique, l’OTE veille sur les communautés tunisiennes à l’étranger. Il dispose pour cela d’un réseau d’attachés sociaux qui peuvent informer les Tunisiennes ou les Tunisiens en quête d’un moyen de rentrer dans leur pays la tête haute, avec un projet de vie. Après le retour, l’OTE joue un rôle actif dans le dispositif d’aide à la réinsertion, à travers ses délégués régionaux qui siègent dans les comités de validation des projets économiques présentés et qui participent au suivi des bénéficiaires.

Un projet pilote de réinsertion des Tunisiens revenant d’Europe

La cérémonie de signature a été précédée d’une réunion avec une vingtaine d’attachés sociaux en Europe. Il s’agissait de les informer concernant un projet pilote de réinsertion réalisé dans le cadre de la coopération européenne.
"Lemma" est un projet de coopération technique qui engage la Tunisie et six pays européens : Belgique, France, Italie, Pologne, Portugal et Suède. Lemma apporte un soutien au gouvernement tunisien dans le développement et la mise en œuvre de la politique nationale migratoire sur trois volets :
- migration de travail et mobilité professionnelle (composante 1),
- mobilisation de la diaspora au service de développement (composante 2),
- réinsertion économique et sociale des migrants de retour (composante 3).
La composante 3 de Lemma est pilotée par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Elle vise à améliorer le cadre du retour pour les émigrés tunisiens qui reviennent en Tunisie, avec les autorités compétentes et la société civile active dans le champ de l’inclusion sociale.
Dans ce cadre, un projet pilote va réunir les meilleures chances de réussite pour une centaine de migrants tunisiens revenant d’Europe. Ils bénéficieront d’un accompagnement de qualité impliquant les autorités locales, les services déconcentrés de l’État et les acteurs économiques, dans les quatre territoires choisis pour abriter le projet pilote :
- Autour de Ghardimaou dans le gouvernorat de Jendouba,
- La zone de Ras Jebel, El Alia et Menzel Jemil dans le gouvernorat de Bizerte,
- La zone de Kabaria, El Ouardia, Sidi Hassine et Sijoumi dans le gouvernorat de Tunis,
- Autour de La Chebba dans le gouvernorat de Mahdia.
Ils seront suivis au jour le jour et de manière individuelle par un opérateur de la société civile qualifié et sélectionné sur la base d’un cahier des charges.
Contact : kais.mnasri@ofii.fr – 29 530 385

Un demi-siècle de partenariat avec les institutions tunisiennes

L’OFII est présent en Tunisie depuis 1969, en vertu d’un accord de main d’œuvre sur les saisonniers agricoles signé en 1963. Il est chargé des procédures concernant la migration professionnelle et la migration familiale. En 2016, 8439 Tunisiennes et Tunisiens sont passés par ses bureaux de la Cité jardins, à Tunis : 2375 professionnels, 1657 bénéficiaires du regroupement familial et 4407 conjoints de Français. Les ressortissants tunisiens représentent aujourd’hui 10% de la migration extracommunautaire en France, soit 8% des étudiants, 12% des flux familiaux et 18% de la mobilité professionnelle.

Depuis l’accord bilatéral de 2008 sur la gestion concertée des flux migratoires, l’OFII accompagne aussi la migration de retour. Avec ses partenaires tunisiens, principalement l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant (ANETI), le bureau de l’émigration et de la main d’œuvre étrangère (BEMOE) et l’OTE, l’OFII s’efforce de promouvoir la migration circulaire, c’est-à-dire la possibilité pour une personne d’envisager des périodes de sa vie en France et d’autres en Tunisie, sans caractère irréversible.

Dernière modification : 21/12/2017

Haut de page