Séminaire sur le transport non régulier des personnes par le ministère du Transport et l’AFD

Le ministère du Transport et l’Agence française de développement (AFD) organisent, le 26 novembre 2019, un séminaire sur le transport non régulier des personnes.

La mobilité, et plus particulièrement le transport non régulier de personnes, a été le mot d’ordre du jour à Tunis. Le Ministère du Transport, en partenariat avec l’Agence Française de Développement (AFD), a organisé un séminaire de clôture de l’étude sur le « Transport non Régulier de Personnes » (TNRP), le 26 novembre 2019 à l’Hôtel Concorde aux Berges du Lac 1. Monsieur Habib Ammar, Directeur général du Transport Terrestre au Ministère du Transport, et Monsieur Gilles Chausse, Directeur de l’agence AFD de Tunis, étaient présents. Pour cet évènement, le ministère a convié l’ensemble des acteurs du secteur : les représentants du métier, l’ensemble des 24 gouvernorats, des municipalités.

Séminaire sur le transport non régulier des personnes par le ministère du Transport et l'AFD - JPEG

Cette étude est financée par l’AFD dans le cadre de la coopération française grâce à des Fonds d’Expertise Technique et d’Echanges (FEXTE), pour le compte du ministère du Transport et a été lancée en 2018. Elle s’inscrit dans la stratégie de développement d’une mobilité urbaine durable en Tunisie. En effet, le transport public connait depuis plus de 30 ans un déficit chronique en faveur du transport individuel et privé. Le transport non régulier de personnes devient depuis les années 2000 une alternative de plus en plus prisée par la population pour pallier les défaillances du réseau de transport en commun.

Cette étude, dont le périmètre s’étend sur 8 gouvernorats (Tunis, Ariana, Manouba, Ben Arous, Médenine, Sousse, Monastir et Jendouba) représentatifs de la Tunisie, a permis d’établir un diagnostic de l’organisation du secteur, les enjeux ainsi que les recommandations permettant de répondre à la question suivante : comment assurer un service de qualité en adéquation avec la demande et en complémentarité avec les lignes institutionnelles ? L’étude a ainsi pu formuler un ensemble de propositions liées à la gouvernance, à la tarification ou encore à la professionnalisation.

Dans cette dynamique de transition démocratique, cette étude a été le fruit d’un travail participatif avec les représentants du métier, et ce séminaire se voulait être une plateforme d’information pour l’ensemble des gouvernorats présents.

Pour M. Habib Ammar, « cette étude a permis de mobiliser les différents acteurs dans les 8 gouvernorats pour mener une analyse constructive du secteur. Les échanges ont permis de faire ressortir des recommandations pour la réforme de l’organisation du secteur. Cet atelier permet de partager à l’échelle nationale ses travaux et ouvre le débat pour une concertation plus large en vue d’une adaptation de la législation ».

M. Gilles Chausses a quant à lui « félicité le ministère pour la démarche participative qu’il a entamé dans la réorganisation de ce secteur ». Il considère que « les livrables de cette étude sur le TNRP peuvent être intégrés à la politique nationale de la mobilité urbaine, en cours de réalisation par le ministère avec l’appui de l’AFD. Une meilleure organisation du secteur aura des impacts positifs sur les enjeux clés d’une mobilité durable : la congestion, la pollution et la sécurité ».

Dernière modification : 26/11/2019

Haut de page