Qu’est ce que le projet LEMMA ?

Lemma est un programme de coopération technique dans le domaine de la migration. Parmi ses réalisations : un projet pilote de réinsertion pour Tunisiens revenus d’Europe.

Le projet Lemma en bref

JPEG

Financé par l’Union européenne, "Lemma" est un projet de coopération technique qui engage la Tunisie et six pays européens : Belgique, France, Italie, Pologne, Portugal et Suède. Lemma apporte un soutien au gouvernement tunisien dans le développement et la mise en œuvre de la politique nationale migratoire sur trois volets :

  • migration de travail et mobilité professionnelle (composante 1),
  • mobilisation de la diaspora au service de développement (composante 2),
  • réinsertion économique et sociale des migrants de retour (composante 3).

La composante 3 de Lemma est mise en œuvre par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Elle vise à améliorer le cadre du retour pour les émigrés tunisiens qui reviennent en Tunisie, avec les autorités compétentes et la société civile active dans le champ de l’inclusion sociale.

Les partenaires tunisiens du projet Lemma dans le secteur public sont la Direction générale de la coopération internationale en matière de migration, l’Observatoire national de la migration (ONM), l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE), le Bureau de l’émigration et de la main d’œuvre étrangère (BEMOE), l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant (ANETI), l’Agence nationale de coopération technique (ATCT) et le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale. Les partenaires de la société civile sont l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et le réseau Euromed Droits.

Caractéristiques du projet pilote

JPEG

Le projet pilote a commencé le 1er juillet 2017 et prendra fin le 28 février 2019. Il se déroule dans quatre territoires à forte activité migratoire, identifiés de manière collégiale sur la base de critères sociodémographiques. Les autorités locales sont partie prenante du bon déroulement.

Quatre associations tunisiennes ont été sélectionnées par appel d’offre afin d’identifier les bénéficiaires, en concertation avec les autorités locales, puis d’accompagner leur réinsertion économique et sociale, sur la base d’un suivi de proximité. Elles reçoivent pour cela une subvention de 50.000 euros chacune :

-* L’Association tunisienne pour le tourisme équitable et solidaire (ATTES - Jendouba)
-* L’association Création et créativité pour le développement et l’embauche (CCDE – Bizerte)

  • Brahmi Experts Group et l’association Initiative économique et sociale (IES, Tunis)
  • Le Comité européen pour la formation et l’agriculture (CEFA Tunisie - Mahdia)

Ces opérateurs de suivi, à la fois compétents et engagés, maîtrisent parfaitement leur environnement local. Le projet pilote table sur leur dynamisme pour rassembler des acteurs publics et privés afin de favoriser l’éclosion de projets économiques durables, susceptibles de faire vivre une ou plusieurs familles.

Les bénéficiaires du projet pilote sont 68 migrants tunisiens revenus d’Europe (25 revenus d’Italie, 21 revenus de France, 20 revenus d’Allemagne, 2 revenus de Suisse) et 22 membres de la communauté de réinsertion (25% de l’effectif), soit 20 à 30 personnes par région ciblée.

En sus de la dotation budgétaire initiale, la coopération suisse, la coopération allemande et l’OFII contribuent financièrement à la mise en œuvre du projet.

Objectifs du projet pilote

Le projet pilote a pour but de perfectionner et d’harmoniser les programmes de réinsertion financés par les pays européens. Il comporte une part d’innovation, du point de vue du public ciblé et de la méthodologie.
La réussite du projet doit passer par une meilleure information des migrants susceptibles d’être intéressés, par la formation des acteurs publics tunisiens concernés et par une forte implication de la société civile, afin d’atteindre les objectifs suivants :

  • Faire connaître les dispositifs d’aide à la réinsertion.
  • Identifier les facteurs de durabilité des projets de réinsertion économique.
  • Dégager des normes de qualité au niveau de l’accompagnement.
  • Inciter les migrants tunisiens de retour à conjuguer leurs intérêts pour devenir des acteurs économiques plus robustes.
  • Stimuler l’innovation économique et sociale.

Lancement officiel

Le lancement officiel a eu lieu à Tunis, le 4 mai 2018, en présence de l’ambassadeur de Suisse, Mme Rita Adam, de l’ambassadeur de France, M. Olivier Poivre d’Arvor, de la secrétaire générale du gouvernorat de Tunis, Mme Hadhémi Ben Harrath, d’une représentante de la GIZ, des 30 bénéficiaires du gouvernorat de Tunis et de l’opérateur chargé de les accompagner pendant un an.

Cette date a été choisie pour marquer la fin d’une première phase qui s’est étalée sur 6 mois : contractualisation avec les opérateurs de suivi, identification des bénéficiaires, premières actions de formation, accompagnement dans la formulation du projet de réinsertion économique (bilans de compétences, études de marché et plans d’affaire).

Du 11 avril au 4 mai, chacun a défendu son projet devant un jury composé des partenaires Lemma, des représentants des autorités locales et d’experts. Deux projets collectifs ont particulièrement retenu l’attention : la construction d’un éco-village dans la forêt de Ain Drahem, à des fins d’exploitation touristique, et la réalisation d’une zone de loisirs pour les familles dans le parc Tayara d’El Mourouj , rendue possible par les autorités locales.

La validation du dossier par le jury détermine le déblocage d’une subvention de 5000 euros qui est ensuite dépensée conformément au plan d’affaire approuvé. Cette deuxième phase est celle de la concrétisation. Les discours prononcés le 4 mai ont souligné les espoirs reposant sur la réussite du projet pilote dont les meilleures pratiques pourront être généralisées.

Dernière modification : 21/05/2018

Haut de page