Message de l’Ambassadeur de France en Tunisie (19/03/2020)

Tunis, le 19 mars 2020.

Mesdames et Messieurs, chers compatriotes,

Jeudi 12 mars au soir, lors de son intervention télévisée consacrée à la lutte contre le Coronavirus, le Président Macron appelait les Français de passage à l’étranger et toutes les personnes résidentes en France à regagner au plus vite le territoire national. A l’Ambassade de France à Tunis, nous avons immédiatement mis en place dès le vendredi matin une cellule de crise qui fonctionne désormais 24 heures sur 24 heures avec une centaine de volontaires et agents du poste diplomatique qui se relayent. La cellule de crise a répondu à près de quatre mille demandes individuelles ou de groupe, par téléphone, par mel. Car simultanément, la Tunisie et les pays européens de l’espace Schengen ont fermé leurs frontières terrestres et maritimes. Nombreux d’entre eux se sont fortement inquiétés, voire plus, et nous le comprenons parfaitement.

Seuls des vols spéciaux, dits de rapatriement, opérés par des compagnies commerciales, pouvaient permettre que les 110.000 Français répartis dans le monde entier puissent regagner leur lieu de résidence. Des tarifs ont été négociés. Mais nous n’étions pas en mesure de rapatrier autrement tant de personnes sans cette formule et je veux remercier l’aide précieuse des autorités tunisiennes comme du Quai d’Orsay. Son ministre, Jean-Yves Le Drian, son centre de crise et de soutien, ses diplomates, mes équipes se sont retrouvés à piloter une opération comme nous n’en n’avions jamais connu.

Plus de 12.000 d’entre vous se trouvaient alors bloqués en Tunisie il y a six jours. Grâce au soutien, heure par heure, de quatre compagnies, Air France, Tunisair, Transavia, Nouvelair, plus de soixante vols ont pu de Djerba, Monastir ou Tunis Carthage rapatrier plus de 10.000 d’entre vous. En France, en province parfois, mais plus souvent à Paris. Je sais les désagréments que cela représente mais notre souci, c’est que vous puissiez vous retrouver dans votre pays de résidence et ne pas être bloqués pour plusieurs semaines dans un pays, certes hospitalier, mais qui vit aussi durement cette bataille contre le Coronavirus, qui se confine, s’isole. Une fois arrivés, sur le territoire national, vous pouvez, sans enfreindre les mesures d’isolement, emprunter un moyen de transport pour regagner votre chez vous. Et vous y confiner strictement, mais avec les vôtres, dans votre univers. A la maison.

Nous avons, pendant ces six journées et six nuits, accompagné avec le maximum de sollicitude les préoccupations de chacun. Certes ce n’est jamais suffisant. Cette épidémie vous a, comme le monde entier, pris au piège de l’éloignement, d’hôtels qui fermaient, de trajets longs parfois et d’attentes pénibles pour rejoindre les aéroports. De nombreux d’entre vous étaient entrés avec une voiture sur le territoire tunisien. Or les liaisons maritimes sont elles aussi suspendues, sine die. Avec les douanes tunisiennes nous avons mis en place un système dérogatoire qui a permis à de nombreux d’entre vous de prendre un avion, de laisser vos papiers, vos clés et votre véhicule pour une période maximum de six mois sur le territoire tunisien. Nous avons rapatrié des malades, parfois graves, des personnes âgées, fragiles, des femmes enceintes, des centaines d’enfants, parfois en bas âge. Rien n’est parfait dans ces moments de crise extrême, vous attendiez plus, et je le comprends, mais nous avons fait le maximum, sans dormir, pour nombre d’entre nous pour vous permettre de rejoindre la France.

Ce jeudi 19 mars à 22h, il reste près de 2000 Français de passage en Tunisie ou de personnes résidentes en France à rapatrier. Demain soir, vendredi 20 mars à minuit, l’espace aérien tunisien sera complètement fermé. Le couvre-feu est décrété depuis hier, il commence à 18h et finit à six heures du matin. Il n’y aura donc plus d’avions à compter de ce vendredi soir. Mais nous avons avant cette fermeture pu affréter quatre, peut être cinq vols de Tunis Carthage, un de Djerba. Ils iront tous à Paris. Nouvelair, Transavia, Air France sont les compagnies qui opèrent. Ce sont bien les derniers vols. J’insiste. Depuis une semaine, nous insistons mais certains d’entre vous ont pensé qu’ils avaient le temps, qu’ils pouvaient poursuivre leurs vacances, partir à la date prévue, nous vous en avons dissuadé, certains vols n’étaient pas pleins au départ, des réservations ont donné lieu à des no show, des places auraient pu revenir à d’autres passagers.

Ce soir, je vous engage vivement, si vous souhaitez partir et ne pas rester peut-être plusieurs semaines en Tunisie, à réserver une place sur ces vols. La liste figure sur le site de l’Ambassade ou sur notre page Facebook. Vous pouvez aussi vous signaler au Centre de Crise de l’ambassade au 00 216 71 105 110.

A partir de vendredi soir, une fois l’espace aérien fermé, notre centre de crise se chargera d’accompagner celles et ceux qui n’ont pas pu partir et à les aider à supporter cette attente et à trouver des solutions d’hébergements, de soins. Nous continuerons à vous écouter, à vous assister, nous le ferons jusqu’à la résolution de cette crise véritablement exceptionnelle. J’en appelle évidemment à votre calme. Certaines situations, mais elles sont très minoritaires, sont graves. D’autres constituent un réel empêchement mais doivent être traitées avec mesure, sang froid et la certitude que dans quelques jours, une solution sera trouvée pour vous permettre de rentrer chez vous.

Restons solidaires et responsables, respectons les consignes sanitaires imposées à toutes et à tous. Je vous assure de notre entier dévouement en ce moment si particulier de nos vies.

Olivier POIVRE D’ARVOR
Ambassadeur de France en Tunisie

Dernière modification : 20/03/2020

Haut de page