Bureau des anciens combattants et victimes de guerre en Tunisie [ar]

JPEG


Le bureau des anciens combattants de Tunis

Le bureau des anciens combattants de Tunis se compose de 03 agents administratifs. Comme tout service de l’État français à l’étranger, il est placé sous l’autorité de l’Ambassadeur de France.
Il est notamment chargé d’apporter une aide administrative, sociale et médicale aux vétérans tunisiens de l’armée française et à leurs ayants cause ou ayants droit.


Coordonnées de la permanence

Adresse : 10 rue Félicien Challaye 1002 Tunis Belvedere
Téléphone : 71 781 178
Mél : contact.acvg@orange.tn et acvg.tunis-cslt@diplomatie.gouv.fr

Ouverture au public
- de 8h à 12h, les mardis et les jeudis (sans RDV)

JPEG - 678.7 ko

Assistance administrative, sociale et médicale aux anciens combattants

L’aide administrative

Il s’agit d’offrir aux anciens combattants et à leurs familles une assistance dans toutes les démarches qu’ils sont amenés à effectuer pour recouvrer ou modifier des droits liés à leur situation d’anciens soldats de l’armée française (validation de services, droits relevant du code des pensions civiles et militaires de retraite, droits relevant du Code des Pensions Militaires d’Invalidité et Victimes de Guerre).

L’aide médicale aux ressortissants pensionnés

Dans le cadre du CPMIVG au profit des ressortissants pensionnés (titulaires d’un carnet de soins), le service des anciens combattants assure un suivi médical par le médecin conventionné attaché au service (ou de tout autre médecin choisit par le ressortissant).
En parallèle, des consultations médicales spécialisées d’appareillage orthopédique sont assurées au bénéfice des mutilés de guerre ou des victimes civiles.

L’assistance sociale

L’action sociale du service s’oriente en priorité par le versement d’aides financières en faveur d’anciens combattants, de veuves de guerre ou des orphelins infirmes pensionné(e)s.

En dernier lieu, il est rappelé qu’en vertu des dispositions du code français des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre (CPMIVG), aucun avantage ou indemnisation n’est accordé aux descendants (enfants et petits-enfants) ou aux collatéraux (frère ou sœur) des anciens combattants. Il en est de même (aucun droit spécifique) par rapport aux demandes relatives aux visas ou à l’acquisition de la nationalité française, soumises aux dispositions normales de la législation française. S’agissant de « la retraite du combattant » qui n’est pas une pension, il est rappelé que cet avantage financier n’est jamais réversible à la veuve, ni aux héritiers du défunt (descendants ou collatéraux). Elle s’arrête obligatoirement au décès du combattant.

Par ailleurs, pour toutes questions relatives au paiement, des pensions militaires d’invalidité, des pensions militaires de retraite, des pensions de réversion des veuves de guerre ou de la retraite du combattant, le bureau des Anciens Combattants et Victimes de Guerre n’est pas compétent.

Il convient de s’adresser à la Direction Générale des Finances Publiques (DSFIPE), située à Nantes :

- En envoyant un courrier à l’adresse suivante :

Direction Générale des Finances Publiques
Direction Spécialisée des Finances Publiques pour l’Etranger
Centre de gestion des retraites
30 rue de Malville (Pôle Tunisie)
BP 54007
44040 NANTES CEDEX 1 France

- En envoyant un courriel aux adresses mails suivantes :

cgpc@dgfip.finances.gouv.fr (CGPC = Centre de Gestion de Pensions Cristallisées) pour les pensions trimestrielles et la retraite du combattant.
dsfipe.cgre@dgfip.finances.gouv.fr (CGRE= Centre de Gestion des Retraites Etranger) pour les pensions mensuelles.

site internet : retraitesdeletat.gouv.fr

Téléphone (s) : 00 33 2 40 16 12 00 ou : 00 33 810 10 33 35

En cas de suspension du paiement de votre pension, vous n’avez peut être pas répondu au contrôle d’existence annuel adressé par la DSFIPE. Par conséquent, il convient de faire parvenir à ce service les documents suivants :

- une photo récente,
- un certificat de vie en français,
- un certificat de résidence en français,
- copie d’une pièce d’identité en cours de validité traduite en français,
- copie du dernier titre de pension.

Dernière modification : 14/07/2020

Haut de page